A peine acheté et déjà dévoré.

Je suis une littéraire (j'ai une licence de lettres modernes) et je le dis des livres j'en ai lu à la pelle : des très bons, des épatants, des sympas, des moins bons ... à mes yeux.

 

Je suis morte ce jour-là de Sylvia Peromingo figure dans les épatants si je peux me permettre de le classer ainsi.

P1040023

 Voici son 4ème de couverture :

"5 septembre 2010 : Sylvia blêmit. Elle apprend l'assassinat sauvage de Natacha, une jeune femme qu'elle ne connaît pas mais qui lui ressemble. L'homme accusé du meutre, en revanche, elle le connaît. Le jeudi 20 mai 2004, il l'a agressée en plein jour dans le parc de Suresnes alors qu'elle faisait son jogging.

Jetée au fond d'un ravin, violée pendant deux heures, Sylvia a cru qu'elle allait mourir. Pourtant, poussée par un instinct de survie exceptionnel, elle est parvenue à s'en sortir... A peu près.

Neuf ans se sont écoulées depuis le drame et Sylvia se demande si finalement, elle n'est pas morte ce jour-là. Mais aujoud'hui, elle a décidée de faire entendre sa voix et de se battre pour toutes celles qui ont traversé les mêmes épreuves."

 

Il ne s'agit pas d'un livre écrit pour les voyeurs. Je pense sincèrement qu'il ne peut pas se résumer, c'est un témoignage qui se lit et qui touche.

Je suis touchée par le calvaire qu'a subit cette femme. Je suis admirative de sa force, de son courage et de sa volonté pour survivre, pour tenter de se reconstruire et pour essayer de faire bouger les choses.

Son témoignage est subtile et d'une sincérité qui m'a fait vibrer. J'aimé sa façon d'aborder le sujet et de se raconter. Sylvia est pleine de lucidité concernant le monde dans lequel on vit. Je le conseille fortement.