J'étais anxieuse, angoissée et stressée à l'idée de devoir le laisser seul et de le voir pleurer. Cela peut paraître nul, surtout qu'il est allé à la crèche et chez la Nounou. Mais, il grandit, il comprend tout et je ne voulais pas qu'il ressente mon départ comme un abandon.

Je lui avais tout expliqué, je l'avais motivé et je croisais les doigts à l'intérieur pour qu'il y aille le sourire aux lèvres.

C'est ainsi que nous sommes partis : moi toute retournée et lui heureux avec son cartable "dinosaure" sur le dos (c'est un grand fan).

ecole1

En arrivant dans la salle de lecture, il nous a dit à tout à l'heure avec un signe de main. Il était confiant. Les parents étaient sciés par son autonomie et son enthousiasme.

Mais, je le connais ... c'est mon Nain ! Je savais que ce n'était qu'une façade et lorsque la petite fille avec qui il lisait a fondu en larmes. Il a suivit illico en hurlant que je ne pouvais pas le laisser. Mon coeur s'est serré, mes larmes ont monté ... j'ai soufflé  un grand coup pour reprendre le dessus de mes émotions (je suis assez forte à ce petit jeu en temps normal, mais là pioufffffffffff). J'ai expliqué à nouveau en lui disant que l'institueur allait lui lire une histoire (il adore ça) et que si je le laissais c'est parce que j'avais une confiance absolue. L'instituteur a confirmé tout de suite pour l'histoire et le Nain est parti à contre coeur.

L'ATSEM m'a sourit en voyant mon trouble. Mon fils est allé directement se blottir dans ses bras avec la petite fille. J'ai lancé un dernier coup d'oeil et j'ai tourné les talons uniquement parce l'ATSEM et l'instituteur me plaisent depuis le premier instant (je me trompe rarement lors d'une première impression).

 

1h plus tard, j'étais devant la grille de l'école maternelle. J'ai doublé tous les parents dans la cour et pris des raccourcis pour atteindre sa porte la première (je suis une tricheuse cette école est celle de mon enfance donc je la connais sur le bout des doigts ... personne n'aurait pû me doubler et tant mieux).

L'instituteur m'a dit que tout avait été parfait. Je pense qu'il a lu le soulagement dans mes yeux.

Lorsque mon fils a hurlé : "maman" en se jettant dans mes bras, plus rien n'existait hormis lui et moi. Il m'a raconté qu'il a écouté une histoire, il a chanté et mimé : Pomme de Reinette et Pomme d'Api, et surtout il s'est bien amusé.

 

Sa 1ère rentrée est une réussite et je suis heureuse tout simplement.